Richard Sourdot sur ses études à l'Université des Relations internationales de Moscou

File

Depuis la lecture de Michel Strogoff de Jules Verne dans mon enfance, j’ai toujours eu une attraction particulière pour la Russie. La Russie est une grande puissance diplomatique et géopolitique mais également économique notamment dans le domaine énergétique. Ce pays dispose de nombreux atouts, tels que les partenariats économiques avec les pays d'Asie centrale réunis au sein de la Communauté des États Indépendants (CEI) ou encore l’union douanière eurasiatique. En s'inscrivant dans différents domaines, les potentiels du pays le plus vaste du monde sont très diversifiés. De ce fait, mon projet professionnel s’oriente vers le monde russophone et russophile.

Pour ces différentes raisons, à l’été 2016, après avoir validé ma licence en relations internationales à Paris, je suis parti faire un Master en Russie à l’institut d’Etat des Relations internationales de Moscou (MGIMO). Le Master s’intitule Politique et économie de l’Eurasie. Les cours (économie, droit, géopolitique, histoire) sont en anglais avec en plus un apprentissage intensif de la langue russe.

J’ai commencé à apprendre la langue russe au cours de ma licence. J’ai aussi suivi des cours de russe au Centre Culturel Russe à Paris. Ceci m’a permis de pouvoir mieux m’organiser une fois installé à Moscou

Mes études à MGIMO m’ont permis de mieux appréhender les enjeux économiques et politiques de la Russie et de l’Eurasie sans négliger l'importance de son histoire et de sa culture. Je souhaite travailler dans le domaine des relations entre le Luxembourg, l’Europe et la Russie afin de tisser des liens entre ces derniers. Une connaissance concrète du terrain est nécessaire et je suis d’avis que c’est le cas grâce à la formation dispensée à MGIMO.

L’avantage des cours dans cet institut, ce sont les petites classes. Système, à l’époque, inspiré par la Prusse, il perdure aujourd’hui en particulier pour les cours de langues où il n’y a pas plus de cinq participants. Nous avons également différents professeurs ce qui nous permet de nous habituer à différents accents. C’est un véritable avantage pour bien progresser et une véritable différence avec l’enseignement linguistique en Occident.

A Moscou on ne s’ennuie jamais ! Les Russes aiment s’amuser, se détendre et se cultiver. C’est une mégapole hyperactive. Entre les nombreux théâtres et endroits de concerts, très appréciés des Russes, il y a de beaucoup de quartiers typiques à visiter sans oublier les nombreux parcs où il fait bon flâner.

La vie à Moscou passe nécessairement par la découverte de ses environs. A moins de 3 h de train, moyen de transport très apprécié des russes, de nombreuses petites villes typiques et riches culturellement se visitent tranquillement. Je pense par exemple à Serguiev Posad et d’autres villes de l’anneau d’or, comme Vladimir ou Souzdal historiquement et architecturalement très riches.

Peut-être froids à la première impression, les Russes sont très accueillants, ce qui donne envie de rester encore plus longtemps que le temps des études en Fédération de Russie…

Aux personnes voulant venir étudier en Russie, je conseillerais d’avoir déjà quelques bases de russe même si ce n’est pas une nécessité absolue. Mais cela facilite la communication dans beaucoup de cas.

La Russie est un pays fascinant et je recommanderais à chacun d’y avoir une expérience qui ne pourra qu’être qu’enrichissante.

Richard Sourdot

Compressed file